Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Le blog INDIBA activ est un lieu d'échange : conseils thérapeutiques, anecdotes et témoignages sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre quotidien et aller toujours plus loin dans les résultats et la performance

Traitement d’une cicatrice à l’abdomen suite à une complication d’abdominoplastie

Traitement d’une cicatrice à l’abdomen suite à une complication d’abdominoplastie

Traitement d’une cicatrice à l’abdomen suite à une complication d’abdominoplastie : opération chirurgicale qui consiste à couper la partie de peau qui fait un pli au niveau de l’abdomen

Par Cédric Daniel, kinésithérapeute à E3 Kiné Sport, Schiltigheim (67)

LE BILAN DIAGNOSTIC KINESITHERAPIQUE (BDK)

« 2 ans après sa première grossesse, Mme L., une jeune femme de 28 ans, trouvait son ventre relâché et souhaitait faire une abdominoplastie mais les suites opératoires ont été désastreuses. Elle est venue me voir au cabinet, en désespoir de cause 3 années après une première chirurgie et une deuxième opération de reprise. La cicatrice était de très mauvaise qualité. La peau était si fine que les artères et veines sous-cutanées étaient apparentes à fleur de peau. Celle-ci avait l’épaisseur d’un papier à cigarette et n’avait plus aucune élasticité ni résistance. Mme L. avait très mal dans tous ses mouvements, le frottement avec son pantalon et ses vêtements était insupportable. Au milieu de la zone cicatricielle, elle ne ressentait plus aucune sensation et le pourtour de la cicatrice était hyperesthésique. Il était pratiquement impossible de toucher la zone de l’abdomen. L’aspect esthétique était indescriptible tellement la cicatrice était large, fragile, douloureuse. Le handicap était majeur pour cette femme qui ne pouvait plus assumer les activités de la vie courantes les plus simples sans une gêne importante à chaque activité quelque qu’elle soit.

Du point de vue thérapeutique, il était impossible d’envisager en l’état une opération, du fait que visiblement la résection cutanée avait été trop importante. Dès lors seule une greffe de peau aurait pu être envisagée. La patiente ne voulait évidemment pas en entendre parler. »

LES OBJECTIFS

« Dès lors mes objectifs étaient simples mais déterminants :

  • Obtenir une indolence qui lui permette de bouger sans douleur et de reprendre ses activités de la vie courante avec le minimum de gêne,
  • Retrouver une trophicité de la peau suffisante pour que le tissu cutané devienne plus résistant et retrouve une certaine élasticité.
  • Retrouver un aspect cicatriciel moins impressionnant et une esthétique corporelle améliorée pour permettre à cette patiente de reconstruire une image de soi positive. »
Traitement d’une cicatrice à l’abdomen suite à une complication d’abdominoplastie

LE TRAITEMENT

« Je l’ai traité avec INDIBA activ pendant 12 séances étalées sur 3 mois et demi par cure de traitement du fait de ses activités professionnelles qui l’obligeaient à s’absenter une semaine fréquemment.

Au début du traitement, je passais beaucoup de temps en Capacitif en Biostimulation athermique pour une acceptation du toucher sur l’abdomen et pour obtenir une première stimulation tissulaire douce d’environ 10-15 mn, puis je traitais en Résistif sur un temps court avec un retour au calme Capacitif. Progressivement, j’ai augmenté la puissance pour augmenter mon impact trophique en stimulant la microcirculation et l’apport d’oxygène nécessaire à la régénération tissulaire. Le retour au calme en Capacitif était d’autant plus important à réaliser.

L’évolution de l’état tissulaire a été impressionnant pour moi comme pour Mme. L. avec un épaississement des plans cutané et en particulier du plan dermique. Cette amélioration de la trophicité était très nette à la palpation qui devenait de plus an plus facile et acceptée. La peau redevenait souple et plus résistante. Du point de vue esthétique, point très important pour cette jeune femme de 28 ans, la cicatrice s’atténuait progressivement avec des reliefs qui s’estompaient (zone sous-ombilicale) et une couleur beaucoup plus homogène, même si l’aspect restait très marqué. L’amélioration a été aussi flagrante du point de vue des hyperesthésies de l’abdomen. La gêne a quasiment disparu et Mme L. ne se plaint plus des frottements sur ses vêtements et de sa gêne quotidienne de ce point de vue. »

Traitement d’une cicatrice à l’abdomen suite à une complication d’abdominoplastie

L'INTERET DE LA THERAPIE CELLULAIRE ACTIVE

« Dans ce cas clinique, l’intérêt de la thérapie cellulaire d’INDIBA est vraiment lié à son action cellulaire directe qui permet, tout en douceur, d’avoir une action trophique sur le tissu. En début de traitement, je ne pouvais vraiment pas utiliser de techniques de massage ou de mobilisation. L’épiderme était trop fragile et la région était trop algique, trop douloureuse. Au-delà de ce qu’on voit sur les photos ci-dessus, sous les doigts, la peau a vraiment retrouvée une texture, une résistance qui nous a permis de commencer les mobilisations douces. La patiente a repris confiance en elle et a entrevue une issue vivable pour elle. C’était vraiment très important. Nous continuons le traitement pour obtenir le meilleur résultat possible. »

Traitement d’une cicatrice à l’abdomen suite à une complication d’abdominoplastie

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article