Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Le blog INDIBA activ est un lieu d'échange : conseils thérapeutiques, anecdotes et témoignages sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre quotidien et aller toujours plus loin dans les résultats et la performance

Investir dans son cabinet : une obligation pour la qualité des soins, un impératif pour assurer l’avenir

Investir dans son cabinet : une obligation pour la qualité des soins, un impératif pour assurer l’avenir

Un incontournable dans l'équipement d'un cabinet

Notre monde évolue très vite, en médecine, en dentaire, en analyse biologique les technologies apportent de plus en plus de précision dans les diagnostics et dans l’efficacité des traitements. Il en est de même en kinésithérapie. Les nouvelles technologies proposées aux kinésithérapeutes ou aux sages-femmes permettent maintenant d’avoir des effets directement au niveau cellulaire. A côté de la porte d’entrée biomécanique, s’ouvre une possibilité d’agir directement sur la trophicité des tissus et sur le fonctionnement des cellules qui les composent, ouvrant la porte à une véritable Thérapie Cellulaire Active.

Dépasser les limites thérapeutiques actuelles

Quand les données scientifiques sont suffisamment étayées, les équipes médicales reconnues s’équipent et utilisent ces nouvelles technologies. Elles deviennent petit à petit incontournables dans l’équipement d’un cabinet. La Thérapie Cellulaire d’INDIBA activ fait partie de ces nouvelles technologies. Elle permet, dans un certain nombre de cas, de dépasser les limites thérapeutiques actuelles. Au bout du compte, les praticiens se trouvent face à leur obligation de moyens vis à vis des patients et devant la nécessité d’investir.

La baisse du prix des séances

Seulement voilà, le prix des séances baisse chaque année à valeur constante (en prenant en compte l’inflation) et la capacité à investir diminue un peu plus chaque année, d’autant que les charges augmentent. Il faut donc sortir de ce cercle vicieux qui conduit à la baisse de la qualité des soins pour les patients et de la qualité de vie pour les praticiens qui font de plus en plus d’heures pour tenir.

Investir dans son cabinet : une obligation pour la qualité des soins, un impératif pour assurer l’avenir

Que faire et comment ont fait d’autres professions ?

Elles n’ont pas attendues que la Sécurité Sociale rembourse les soins pour les proposer à leurs patients. Il en est ainsi des prothèses dentaires, de l’ostéopathie, des implants, de nombre d’examens d’analyse de sang non remboursés, de semelles plantaires, etc. Et ces traitements sont devenus des incontournables pour tout un chacun. Le praticien se trouve ainsi dans une obligation d’investir pour s’équiper des nouvelles technologies les plus performantes et dans le même temps de s’assurer d’un retour sur investissement pour pouvoir rembourser ses échéances.

Il a alors deux possibilités, soit de voir plus de patients dans la journée ce qui mettra en cause sa qualité de soin (avec le risque de sortir des règles conventionnelles), soit de facturer des actes non-remboursés par la Sécurité Sociale comme l’ont fait les autres professions. La Sécurité Sociale dira si elle souhaite les prendre en charge. A chacun de prendre ces responsabilités.

Choisir la valeur ajoutée

Ces choix sont déterminants pour chaque professionnel en exercice, mais en même temps pour la profession toute entière. Si elle fait le choix de ne pas investir, elle se verra acculée au quantitatif, diminuera la qualité de ses soins et donc le service rendu à la population et risquera de voir ces actes diminuer en nombre et en valeur. Si elle sait se doter de traitements à forte valeur ajoutée, rendant un service important à la population, elle sera incontournable, et continuera à se développer et investir.

Investir dans son cabinet : une obligation pour la qualité des soins, un impératif pour assurer l’avenir

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article