Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Le blog INDIBA activ est un lieu d'échange : conseils thérapeutiques, anecdotes et témoignages sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre quotidien et aller toujours plus loin dans les résultats et la performance

Traitement d’une lésion musculaire (déchirure) au mollet d’un coureur marathonien

Traitement d’une lésion musculaire (déchirure) au mollet d’un coureur marathonien

Marc Givron, kinésithérapeute à ESP Consulting et responsable du pôle Santé ESP à Aix-en-Provence (13)

 

Le diagnostic

M. V est un sportif de 55 ans, qui s’est donné pour objectif de courir le marathon de New York. Une préparation physique intense longue de 18 mois, débutant en toute cohérence par des courses de 10km, puis semi-marathon et enfin, des marathons.

A 6 semaines de la course, ressentant parfois quelques gênes dans le tendon d’Achille mais rien d’alarmant physiologiquement, il se blesse au mollet droit : « j’ai ressenti une douleur gênante comme une contracture dans mon mollet en pleine course. En effet, l’examen échographique a révélé une déchirure des fibres musculaires de 35.5mm de long et 18.5mm de large, assorti d’un hématome. Depuis quelques temps je ressentais des déséquilibres dans mon corps mais de là à me blesser et renoncer à un objectif aussi important… d’autant plus que je ne m’étais jamais blessé comme cela auparavant. Il était pour moi inconcevable de ne pas courir ce 42km de New York ! J’ai d’abord consulté un premier kinésithérapeute puis on m’a parlé du pôle Santé de l’ESP consulting. »

Traitement d’une lésion musculaire (déchirure) au mollet d’un coureur marathonien

Les objectifs

Marc Givron, kinésithérapeute : « mon premier constat a été ce laps de temps extrêmement court que nous avons devant nous. Nous avons tout intérêt à raccourcir les délais normaux de rééducation. C’est donc tout naturellement que j’ai intégré la thérapie cellulaire d’INDIBA dans le processus de guérison :

- Accélérer la cicatrisation

- Favoriser la circulation sanguine et l’apport en oxygène pour une régénération tissulaire

- Evacuer l’hématome intramusculaire

- Rééduquer progressivement pour retrouver force et souplesse

 

 

Le traitement

« J’ai traité avec INDIBA à raison de 2 à 3 fois par semaine pendant les 6 semaines précédant la compétition. Le patient se rendait totalement disponible pour les séances.

Au début du traitement, je passais beaucoup de temps en Capacitif en biostimulation athermique pour une réduire l’inflammation et l’épanchement sanguin (resserrement des vaisseaux). Cette première stimulation tissulaire d’environ 10min, puis je traitais en Résistif 5min. Enfin je terminais par un retour au calme Capacitif.

Au bout de 2 semaines environ, j’ai augmenté la puissance pour accroitre la vascularisation de la zone et stimuler la régénération tissulaire. Terminer par 5min de retour au calme en Capacitif est important à réaliser pour physiologiquement redescendre les paramètres. Nous avons donc commencé à intégrer le travail fonctionnel les flexions / extensions, le vélo, la marche sur tapis, les pointes de pied et enfin progressivement les escaliers pour renforcer l’explosivité du mollet.

L’évolution des symptômes de la lésion musculaire était encourageante mais sans perdre notre objectif de vue, nous continuons les séances sans brusquer le retour à la course, même si le patient ne ressentait plus de douleur de par l’action antalgique de la thérapie cellulaire.

La semaine précédente la course, M. V est allé courir 2 fois 1 heure pour ressentir la sensation de course et surtout ne pas perdre tous les efforts qu’il avait entrepris pendant 18 mois pendant sa préparation.

Traitement d’une lésion musculaire (déchirure) au mollet d’un coureur marathonien

L’intérêt de la thérapie cellulaire d’INDIBA

« Dans ce cas clinique, l’intérêt de la thérapie cellulaire d’INDIBA est vraiment lié à son action cellulaire directe qui permet de pouvoir traiter tout suite en athermie sans attendre la réduction de l’inflammation. Nous avons gagné du temps ! le fait d’avoir apporté de la vascularisation progressivement a permis une évolution de la lésion plus rapide.

Mais il a fallu également considérer qu’il y aurait le voyage, jusqu’à New York, la température le jour de la course, l’atmosphère, l’ambiance… M. V a pu courir le marathon avec seulement des chaussettes de compression comme protection. Il a réalisé son objectif très important pour lui. Permettre à un sportif (amateur ou professionnel) d'atteindre son objectif est une grande satisfaction.»

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article