Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Thérapie Cellulaire INDIBA activ

Le blog INDIBA activ est un lieu d'échange : conseils thérapeutiques, anecdotes et témoignages sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre quotidien et aller toujours plus loin dans les résultats et la performance

APPORT DE LA MODULATION CONTINUE INDIBA® DANS UN PROTOCOLE DE LA REEDUCATION APRES CHIRURGIE SUR DESINSERTION HAUTE DES ISCHIO-JAMBIERS

APPORT DE LA MODULATION CONTINUE INDIBA® DANS UN PROTOCOLE DE LA REEDUCATION APRES CHIRURGIE SUR DESINSERTION HAUTE DES ISCHIO-JAMBIERS

Le cas clinique

Le patient de 46 ans, sportif, se présente à J77 post-chirurgie de réinsertion haute des ischio-jambiers (I.J.) droits pour rupture totale lors d’un grand écart brutal à la suite d’une chute sur un sol glissant dans le cadre d’un AT. Après une immobilisation relative par attelle de maintien du genou en flexion jusqu’à 2 semaines post-opératoire, le patient a poursuivi une rééducation progressive et prudente selon les directives du chirurgien qui demande une attention particulière jusqu’à 90 jours.

Le tableau clinique est clair, le patient marche avec une boiterie nette liée à une gêne douloureuse avec évitement de la phase de propulsion. L’attaque du pas est douloureuse et se fait avec précaution. La station assise est douloureuse au niveau de l’ischion avec des irradiations face postérieure de la cuisse et dans les adducteurs à gauche. L’évolution est correcte mais les phénomènes douloureux évoluent plutôt lentement avec un boiterie qui perdure et une station assise inconfortable.

Au niveau de l’ischion on retrouve à la palpation une zone douloureuse large s’étendant dans la fesse et sur toute la longueur de la cicatrice. Elle présente un œdème profond et un début de fibrose autour de la zone de la tubérosité opérée.

Douleurs à la palpation des 3 chefs musculaires ischio-jambiers, des adducteurs, des pelvi-trochantériens et du grand-fessier superficiel. La fonte musculaire du membre inférieur droit est nette.

Les limitations d’amplitude sont importantes : flexion de hanche genou tendu 35° et genou fléchi 100°, abduction de 45° sur hanche fléchie à 90°. Elles liées aux contractures musculaires et aux boucles sensori-motrices de protection en réaction à la douleur.

Les tests de force ne seront pas réalisés avant les 3 mois post-opératoires. La proprioception est limitée.

Le tableau clinique ne permet pas la reprise du travail à plein temps telle que prévue. Elle se fait à mi-temps dans un premier temps pour 3 semaines.

APPORT DE LA MODULATION CONTINUE INDIBA® DANS UN PROTOCOLE DE LA REEDUCATION APRES CHIRURGIE SUR DESINSERTION HAUTE DES ISCHIO-JAMBIERS

Diagnostic kinésithérapique

La phase de consolidation de la rupture tendineuse n’est pas tout à fait à son terme. La cicatrisation entraine des phénomènes douloureux avec un début de fibrose de la zone de réinsertion autour de la tubérosité ischiatique freinant l’évolution. La gêne fonctionnelle reste importante à la marche et à la station assise. La priorité du traitement kinésithérapique pour ce patient est de favoriser la cicatrisation, de limiter la douleur et les contractures et d’empêcher l’installation d’une fibrose qui ferait le lit de douleurs chroniques. Il faut bien sûr continuer le travail musculaire des I.J. mais aussi des autres muscles du membre inférieur et du rachis sans pour autant entretenir le cercle vicieux de la douleur.

Le protocole qui suit à pour objectif l’amélioration du processus cicatriciel, la diminution de la douleur et la levée des contractures. Le travail musculaire et de reprogrammation motrice n’est pas abordé ici.

Protocole de traitement en Thérapie Cellulaire INDIBA®

En mode continu (signal de stimulation continue à 448 kHz)

Les contractures musculaires I.J. sous lésionnel, adducteurs, piriforme et grand fessier superficiel sont abordées en mode capacitif (CAP) par groupes musculaires à 6-7 sur l’échelle IAS. Pour ce patient le temps total en CAP est de 13 mn.

La quantité d’énergie délivrée en CAP est de 22 kJ (fig. 2). La surveillance de cette posologie permet d’ajuster en fonction de la réponse du patient après le traitement lors des séances suivantes.

Puis les contractures persistantes, en particulier sur les adducteurs sont abordées en résistif (RES) en demandant au patient une contraction excentrique des adducteurs à 6-7 sur l’échelle IAS pendant 2 mn.

En Modulation Continue sur la zone lésionnelle (fig 1)

Figure 1

Figure 1

Figure 1 : La modulation Continue

La Modulation Continue consiste à moduler l’amplitude du signal à 448 kHz émis par l’appareil INDIBA activ pour limiter les effets thermiques. A effet thermique constant, il permet donc d’avoir une meilleure stimulation cellulaire. C’est l’effet principal recherché sur la zone de lésion qui est en plein processus cellulaire de cicatrisation. Laquelle s’accompagne d’une prolifération cellulaire puis d’un remodelage de la cicatrice avec une activité métabolique bien supérieure à celle d’un tissu sain.

Ce mode Modulation Continue est donc le plus adapté au traitement de la zone lésionnelle à ce stade. Elle est abordée avec l’électrode RES de 35 mm en mode de Modulation Continue à 5 à l’échelle IAS pendant 7 mn. Le traitement est appliqué au regard de la tubérosité ischiatique en tournant autour et en descendant sur le tendon proximal des I.J. en prenant le temps de bien sentir les tissus qui s’assouplissent sous l’électrode. Le tendon est ensuite mis en légère tension, en limite d’amplitude confortable pour le patient de manière à relancer les plans de glissement entre les fascias. Le traitement sera appliqué hanche fléchie avec réglage de la tension par l’extension du genou. Puis genou tendu et obtention de la tension par flexion de la hanche pour travailler les différents plans de glissements.

La quantité d’énergie délivrée en RES est de 50 kJ et le total sur la séance de 72 kJ pour cette séance (fig.2).

Figure 2

Figure 2

Figure 2 : Quantité d'énergie délivrée et durée par mode dans la séance

En fin de séance, le patient ressent une nette amélioration de ses douleurs. Les gains  d’amplitudes sont notables après chaque séance et perdurent dans le temps. Il n’y a pas en principe de retour en arrière de ce point de vue. Si ce n’est pas le cas, il faut s’interroger sur l’intensité des exercices musculaires ou des étirements proposés, sur la quantité d’énergie (kJ) délivrée pendant la séance ou d’éventuelles complications.

Ce patient a été traité 3 séances à une semaine d’intervalle avec Indiba®. Deux autres séances par semaine sont consacrées aux objectifs musculaires et proprioceptifs. Chaque séance Indiba® a permis des améliorations nettes sur la marche pour laquelle persistent une appréhension et une gêne à l’attaque du talon. Les douleurs à la position assise ont nettement diminuée malgré la reprise du travail posté à mi-temps. Le travail musculaire a pu être amplifié sans relancer les phénomènes douloureux.

Traitement INDIBA

Traitement INDIBA

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article